jeudi, octobre 6, 2022
AccueilACTUALITÉSRevisiter la condition de la femme musulmane

Revisiter la condition de la femme musulmane

Dans son ouvrage La Condition de la femme musulmane entre le texte et la pratique, Zeina El Tibi cherche à faire mieux comprendre les sociétés musulmanes. Une étude audacieuse basée sur une approche empirique.

« Les femmes musulmanes sont marginalisées, sinon opprimées par l’islam ». Une sentence ancrée dans l’imaginaire non musulman. Celui-ci est surtout imprégné d’incompréhension, selon la Franco-libanaise Zeina El Tibi, docteure en droit public, présidente déléguée de l’Observatoire des études géopolitiques, présidente de l’Association des femmes arabes de la presse et de la communication. Elle souligne, dès l’introduction de son livre intitulé La Condition de la femme musulmane entre le texte et la pratique, que « l’incompréhension est sans nul doute le phénomène qui caractérise le plus les relations entre l’islam et le monde occidental. Cette incompréhension est nourrie par l’ignorance, de trop nombreux clichés et par la réticence des uns et des autres d’admettre les diversités idéologiques, religieuses, culturelles ou autres ».

Ainsi aborde-t-elle la perception négative de l’islam aux Etats-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2011, ou en Europe à cause de l’image de l’islam véhiculée par les médias. Celle-là est, du coup, développée par les idéologues néoconservateurs des Etats-Unis, des cercles durs israéliens, ou « par toutes sortes d’extrémistes » pour conduire à un « choc de civilisations ». Une idéologie ancienne depuis la Grèce Antique qui qualifiait de barbare tout ce qui n’était pas hellène. En conséquence, à la lumière d’un monde uniformisant, selon El Tibi, tout ce qui est différent est considéré avec inquiétude, sinon mépris.

La question de la femme, étant naturellement au centre d’un vaste débat, à la fois social et politique, fait partie des sujets à controverses. « Elle est particulièrement exemplaire du phénomène qui a pu conduire de mauvaises pratiques à trahir le texte, laissant l’innovation blâmable (bidaa) et l’imitation aveugle (taqlid) prendre le pas sur le message authentique ». D’où émane la problématique de cet ouvrage, à savoir revenir sur les sources de décalage entre le texte et la pratique contribuant à l’élaboration des représentations non véridiques. D’ailleurs, le vrai défi d’une recherche pareille est d’appliquer une approche empirique, objective, loin des coutumes rigides, des habitudes et des notions erronées qui s’y sont imposées. Et Zeina El Tibi en était à la hauteur.

L’Égypte, la Tunisie et le Maroc

Comme l’islam représente plus d’un milliard et demi d’hommes et de femmes, et s’étend de la Chine aux rives de l’Atlantique, et est caractérisé donc par une grande diversité sur les plans sociologique, politique et culturel, il était évidemment impossible d’aborder la condition de la femme au niveau du monde islamique. Zeina El Tibi, qui a déjà publié plusieurs ouvrages, en français et en arabe, sur l’islam et le dialogue des cultures dont la Francophonie et le dialogue des cultures, concentre cette fois-ci son étude sur le monde arabe en prenant comme exemple l’Egypte, la Tunisie et le Maroc. Une importante contribution au débat de la condition de la femme dans le monde arabe, et une référence pour tous ceux qui ont envie de découvrir le statut authentique de la femme dans l’islam.

L’ouvrage se divise en deux parties : la première aborde la femme dans le référant islamique. L’auteure va aux sources, à savoir le Coran et la Sunna (l’enseignement du prophète) et se reporte aux grands penseurs dont découlent les quatre écoles orthodoxes : hanafite, malikite, chafiite et hanbalite, afin de donner une vue d’ensemble sur le statut de la femme et les questions qui y sont liées tels le mariage, le divorce, la polygamie et le voile. Et après avoir souligné le rôle de certaines femmes, entre autres Khadija, dans la naissance de l’islam et le développement de la civilisation arabo-musulmane, la deuxième partie aborde la femme musulmane dans la modernité. Celle-ci est étudiée à la lumière du réformisme et du nationalisme progressiste des années 1950 jusqu’à la fin des années 1970, mais aussi des mouvements comme Imitation (taqlid) et innovation (bidaa), des idéologies extrémistes et l’apport du Printemps arabe.

L’auteure interroge ainsi les causes de certaines dérives qui ont pu conduire à des positions rétrogrades. Elle démontre que les idéologies déviantes et la pratique dévoyée doivent être contestées au nom de l’islam, comme l’ont fait les réformistes à toutes les époques.

Comprendre le vrai sens du Coran

Zeina El Tibi a déployé un effort à saluer : à travers une étude des versets coraniques et de l’enseignement de la Sunna portant sur la condition de la femme, elle parvient à des constatations remettant en cause les préjugés sur l’islam, en particulier sur la question sensible de la condition de la femme. Selon elle, les droits de la femme sont nettement proclamés par la révélation coranique et l’enseignement du prophète Mohamad. Or, « s’il y a un problème sur cette question, si l’on peut constater des comportements injustes, ce n’est donc pas à l’islam qu’il faut les imputer, mais à la pratique et aux déviations dues à des hommes et à des idéologies qui trahissent le message fondamental ».

Par ailleurs, elle a eu le courage de souligner que beaucoup de musulmans se contentent de réciter automatiquement le Coran sans faire appel à la réflexion pour en comprendre le sens.

S’interroger sur les moyens de mettre fin aux dérives « pour revenir à l’authenticité (assala) de la pensée islamique (…) » devient une exigence. La façon d’y remédier ? El Tibi souligne qu’il fallait revenir à l’application progressiste des principes de l’islam, perdus de vue à cause de l’ignorance, de l’obscurantisme et, parfois, de l’extrémisme des gens.

« C’est en lui que l’islam possède l’énergie et les moyens pour progresser. C’est en lui que résident les principes et les forces qui assureront le respect des droits de la femme dans une société plus harmonieuse », conclut l’auteure de Les Femmes des deux rives de la Méditerranée face à l’extrémismeLe Dialogue euro-méditerranéen au féminin et L’Enjeu du dialogue des civilisations.

Lamiaa Alsadaty 

Source : Ahram Hebdo

La Condition de la femme musulmane entre le texte et la pratique, de Zeina El Tibi, aux éditions Cerf, collection Etudes islamiques, 265 pages.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

code

NOTES RÉCENTES

LECTURE