jeudi, octobre 6, 2022
AccueilACTUALITÉSHommage à Roviros (Robert) Manthoulis 

Hommage à Roviros (Robert) Manthoulis 

Roviros (10 juillet 1929 – 31 avril 2022) nous a quitté le 21 avril. Les dates ont un sens. C’était un 21 avril qu’il avait présenté au Festival de Hyères son film Vis-à-Vis (prix de la meilleure réalisation au Festival de Thessalonique) et que le monde a appris le coup d’état des colonels et de la CIA en Grèce, l’empêchant par là-même de rejoindre sa patrie à la suite de ses déclarations dans la presse.

Depuis son exil, il a poursuivi son témoignage et lors de son retour en Grèce, il a rapporté avec lui, comme des fleurs de l’exil, l’empreinte d’un homme libre. L’esprit de Résistance était dans son ADN, il avait milité conte l’occupation de son pays par l’Allemagne.

Il travailla pour la télévision d’Etat française dans le cadre du programme « À l’affiche du monde » qui lui permit d’explorer chanson (Mikis Theodorakis, Georges Moustaki) musique, cinéma, théâtre et il obtint le prix de la meilleure émission française (1969). 

En 1975, ses hautes responsabilités à la Direction artistique de la radiotélévision nationale grecque, à la demande de Karamanlis, lui ont permis de mettre en avant le documentaire, genre dont le public était privé et a donné des horizons à la population grecque dans son identité et ses révoltes. Ses conditions : TV indépendante de l’État, du gouvernement, du CA. Ce retour offensif de la culture fut à la fois un choc et un espoir.

Roviros Manthoulis était un historien, décrivant avec humour et, surtout, apprenant à se poser et à réfléchir .

En tout cas d’une télévision peu regardée auparavant, il avait atteint 90% de taux d’audience, notamment grâce à son émission-phare, « Le théâtre du lundi ».

A son retour en France en 1977, il travailla pour les chaînes de la télévision publique. Sa série de huit épisodes, « Cités à la dérive », a été rediffusée des dizaines fois. Il se consacra à ses films, à ses livres et à faire connaître le cinéma grec en promouvant les œuvres des autres auteurs en Europe occidentale.

Il me disait, il y a trois ou quatre ans : « Tu sais, on m’a fait le compte du nombre de spectateurs que j’ai eus, plus de 400 millions de personnes ont vu au moins un film ou un épisode d’une série ».

En 1991, il fut élu président de la Communauté hellénique de Paris.

Sous la présidence de Roviros Manthoulis, la communauté hellénique renaîtra, les activités foisonnèrent : club de cinéma, université populaire, bulletin d’information, etc. rassemblent toute la diaspora grecque dans le partage de la culture et de la beauté . 

En 2001, il s’associa avec la Mairie de Paris pour la création de l’évènement « Grèce-sur-Seine » autour de l’œuvre d’artistes et réalisateurs grecs comme Angélique Ionatos, Costas Gavras, Vassilis Alexakis, Yannis Kokkos, etc. La Mairie de Paris convia toute la diaspora grecque, 2000 invités, pour une soirée-phare.

Parallèlement, Manthoulis a poursuivi ses tournages pour Arte. Son film Lily’Story (2001) a été présenté à la Mostra de Venise .

Au total, Roviros a réalisé 117 films et écrit 17 livres. Rien ne lui était étranger comme le démontre son film Le blues entre les dents (1973 ) sur l’origine du blues et de la musique noire.

Roviros Manthoulis n’a fait que donner tout au long de sa belle et longue vie. Par son œuvre, par sa stature, par son courage, par sa fraternité, il a donné à tous, amis, famille, auteurs, sa patrie, au patrimoine artistique et culturel de l’humanité.

Exemple pour la jeunesse, témoin pour tous, Roviros Manthoulis reste dans nos têtes et dans notre cœur. Immortel entouré de notre profond respect et de notre amour.  

Evelyne Janvier

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

code

NOTES RÉCENTES

LECTURE