jeudi, octobre 6, 2022
AccueilACTUALITÉSFestival du film franco-arabe au Trianon (Noisy-le-Sec)

Festival du film franco-arabe au Trianon (Noisy-le-Sec)

LE FESTIVAL DU FILM FRANCO-ARABE

À travers le Festival du film franco-arabe, la ville de Noisy-le-Sec et le cinéma Le Trianon offrent une véritable immersion artistique et un voyage cinématographique dans le monde arabe. 

Parrainé par le cinéaste Costa-Gavras, le Festival du Film Franco-Arabe est un événement annuel organisé par la Direction des Affaires Culturelles de la ville de Noisy-le-Sec en partenariat et par Le Trianon, cinéma public territorial Est_Ensemble, en collaboration avec l’Institut français de Jordanie à Amman, la  Royal film de Jordanie et la ville  d’Amman.

Le Festival du Film Franco-Arabe de Noisy-le-Sec est né en 2011, d’une volonté de créer des ponts entre les cultures pour favoriser la compréhension, la découverte et les échanges. Chaque année, une compétition de courts-métrages est organisée.

BAD GIRLS DES MUSIQUES ARABES 

Ce film documentaire (1h20) réalisé par Jacqueline Caux évoque le destin des « Bad Girls des musiques arabes », les musiciennes arabes qui au fil des siècles du Caire, de Tunis, de Cordoue, par la force de leur passion artistique, avec courage et audace ont bravé le patriarcat pour réussir à imposer leur art dans le respect de leur condition de femme.

Les riches images d’archives, films, photos, remuent dans ce beau film de la réalisatrice Jacqueline Caux qui rend hommage aux poétesses, musiciennes et chanteuses arabes restées dans l’ombre, quand ce n’est pas dans l’oubli face à un destin en parallèle avec les divas de l’âge d’or Asmahan, Om Kalsoum, Warda… 

Yousra DHABI, la célèbre musicienne tunisienne, une des première femmes luthistes solistes du monde arabe a composé la musique de la bande originale. Un bel hommage à des femmes artistes musiciennes. La projection sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice.  Un très beau film à voir absolument !

« Alors que tant de femmes, de par le monde, s’insurgent encore devant les fréquents manques de respect qu’elles doivent subir, j’ai souhaité réaliser un film qui rende hommage à quelques – unes des musiciennes arabes, qui auront su revendiquer ce respect tout en faisant triompher leur art et leur féminité, et ceci depuis le 8ème siècle jusqu’à nos jours ». Jacqueline Caux 

De Djamila, esclave émancipée du VIIIe siècle, à Soska, rappeuse vedette sur Internet, un superbe documentaire de Jacqueline Caux dresse le portrait de femmes arabes qui ont su, à travers les âges, défier le patriarcat et faire entendre leur musique avec fougue et audace. 

Rebelles et scandaleuses, elles se sont fait un prénom en se mêlant aux hommes, en chantant l’amour et le désir : Djamila, Wahlada, Oum, Asmahan, Warda et Soskia sont Les Bad Girls des musiques arabes,

Auteure engagée d’une quinzaine de films principalement musicaux (de la techno de Detroit aux cheikhates de l’Atlas Marocain), Jacqueline Caux est une cinéaste indépendante qui a remonté le fil de l’histoire pour sélectionner des artistes telles Oum Khalsoum, Warda Al Jazaïra ou la reine du raï Cheikha Remitti. « Je m’incline devant ces artistes qui ont osé transgresser tous les tabous. J’ai ainsi découvert que des esclaves pouvaient chanter des choses que des femmes libres ne pouvaient pas. Dans des pays où les femmes sont traditionnellement soumises, elles se sont affranchies par le verbe et le talent, en mettant leur vie en adéquation avec leurs propos, parfois au prix de grands sacrifices. »

Ces héroïnes au destin hors-norme, éminemment romanesque, Jacqueline Caux les raconte d’une écriture poétique rappelant parfois celle des Mille et une nuits, composant à travers les siècles une balade contemplative et inspirante.


CONTACT :

Festival du film franco-arabe 

Du 12 au 23 novembre 2021

Cinéma Le Trianon – Place Carnot – 93230 Romainville


PROGRAMME

programme-FFFA-2021

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

code

NOTES RÉCENTES

LECTURE